Eli Stone Episode 7 "Heal the pain"

Publié le 15 Mars 2008

Diffusé le 13 Mars 2008 sur ABC.
Cette fois ci , George Michael n'apparait pas sous forme de visions .
L'avocat Eli Stone a "juste" la surprise d'être invité à une prestation live de l'artiste (il interpréte Older) ...
Merci à GMFreak et 018 du
http://www.georgemichaelforums.com pour les captures d'écrans .
3elistone-episode7-3.jpg 4elistone-episode7-4.jpg 1elistone-episode7-1.jpg 2elistone-episode7-2.jpg

Rédigé par Frédérique

Publié dans #Eli-Stone

Commenter cet article
C
Older, merveilleux album, il remercie ses fans de lui être restés fidèles, pochette sobre représentant bien le personnage qu'est George, public et homme secret. Toujours très élégant notre George,rien à redire.
Répondre
A
Pour cette série avec "Older", des brins de phrases: " la vieillesse est le fruit exceptionnel de l'âme bien mure - Les années passées n'obligent pas éteindre la jeunesse de l'esprit". Comme le pense ce poète inconnu:"le temps ne vous attend pas - Le bonheur est une trajectoire et non pas une destination " <br /> Voici un texte assez dur et romancé dans lequel j'ai essayé de me mettre dans la peau d'un ...pour une prise de conscience, de la folie ?, de la cruauté, de la justice, du pardon?, du rapport détention et asile de l'esprit?<br /> Je vis là , enfermé<br /> <br /> Je me pose la question<br /> Mais qu’est-ce qui m’a pris ce jour-là<br /> Je n’avais aucun stigmate du désespoir<br /> Une famille, une éducation<br /> Un confort, une facilité<br /> Et tout ce que je désirai<br /> Pourtant pas dans la misère<br /> Pourtant pas dans ces cases de séparation<br /> Pourtant pas dans la méfiance<br /> Pourtant pas dans l’oubli<br /> Pourtant pas dans le rejet<br /> Mais qu’est-ce qui m’a pris ce jour-là<br /> Certains appellent ça<br /> Se défouler, d’autres il a perdu la tête<br /> Ou encore c’est génétique<br /> C’est peut-être vrai<br /> C’est sûrement vrai mais<br /> <br /> Chorus <br /> Je vis là , enfermé<br /> Je vis là comme tous ceux<br /> Qui ont le même mal<br /> Je vis là dans cette prison<br /> A tout jamais, sans liberté<br /> Comme tous ceux qui n’auraient pas dû<br /> Je vis là, enfermé<br /> A tout jamais sans paix<br /> <br /> Je ne me rappelle pas <br /> Tout était flou dans ma tête<br /> Comme si je n’étais plus moi<br /> Les meilleures règles de la vie<br /> Le respect, l’acceptation<br /> Le contrôle, la tendresse<br /> L’amour, la différence<br /> Tout cela avait disparu<br /> Mon cœur n’était plus que cruauté<br /> Barbarie, massacre, et terreur<br /> Mon cœur a guidé mon cerveau perdu<br /> Et mes mains ont fait ce sale travail<br /> Ce sordide geste absolu<br /> J’ai mesuré l’horreur de mon erreur<br /> J’ai mesuré l’horreur de ma froideur <br /> Je ne me rappelle plus<br /> Tout était flou dans ma tête mais<br /> <br /> Chorus<br /> <br /> Dans la peur, désarmé et lâche<br /> Je me suis caché<br /> Survivant en décomposition<br /> Avec cette autre partie de moi-même<br /> Chaque jour, d’avant les menottes<br /> Le film de l’absurdité revenait sans arrêt<br /> Tous les regrets ne pouvant rien remplacer<br /> Seul reste ce crime sans arrêt<br /> Mais le mieux de ma confession<br /> Ne rendra jamais cette abjecte dépendance<br /> Personne, personne ne pourra mesurer<br /> Mon obscurité et ma mort au fonds de moi<br /> Parmi tous ceux qui comme moi vivent dans le mal<br /> Le remord dans les mâchoires<br /> Le désordre dans le noir de cette sale vie<br /> Cette sale vie qui donne la soumission ou la mort<br /> Laquelle choisir ou prononcer le choix<br /> Parce que je n’ai plus rien à dire mais <br /> Anne-Marie Oleon Duché
Répondre