Voix fantastique de George Michael à l'Opéra Garnier par Martin

Publié le 11 Septembre 2012

Trés beau compte rendu du concert de George Michael à l'Opéra Garnier par Martin, un grand merci!

Arrivé aux alentours de 19h devant l'Opéra, je profite quand même quelques instants de la salle. C'est beau, très beau, magnifique. Le hall d'entrée est somptueux. Je file rejoindre ma place, un peu haut mais presque au centre. C'est tout petit ! Plus encore que je ne l'espérais (2000 places seulement). Je sais d'ors et déjà que la soirée promet d'être exceptionnelle...

19h30, l'heure programmée du début du concert. Comme d'habitude, du retard. La lumière se tamise à 20h, le "rideau" de l'Opéra se lève et dévoile un autre rideau, cette fois ci celui de la tournée. Les premières notes commencent et la voix de George se fait entendre.

Le son est excellent voir même, parfait. Les quelques éclats de voix que l'on entend sont mémorables. D'une justesse irréprochable. Au bout d'une minute voir une minute trente, une lumière s'allume. La silhouette de l'homme est projetée sur le rideau. La voix s'élève un peu tout en restant raisonnable. C'est tellement beau, je lâche des larmes, c'est dire !

ZIMBIO-5-copie-1.jpgEnfin, ça y est, le rideau s'ouvre, George Michael descend le petit chemin lumineux séparant son orchestre en deux et chante devant une ovation du public. "Through" se termine, le public est debout, applaudit, crie bref, pas vraiment une ambiance d'Opéra.

Après quelques mots rapides, deuxième chanson qui lèvera toute la salle pour danser et applaudir. "My Baby Just Cares For Me", ambiance bon enfant, George sort quelques déhanchés qui feront vibrer le Palais Garnier. Intro exceptionnelle au violon, George assis au centre de la scène sur son tabouret, "cette chanson vient de mon album Faith, voici Father Figure". Larmes aux yeux one more time. (J'étais fatigué hier, mais quand même, c'était vraiment incroyable). Incontestablement une de mes chanson préférées. L'orchestre la sublime et George Michael est impeccable. Sans pour autant être réellement différente, les ajouts sur cette version en font un chef d'oeuvre absolu.

"Cowboys & Angels" et "Kissing A Fool" s'ajoutent à la setlist. Encore un tonnerre d'applaudissements de la part du public pour deux interprétations sans failles. C'est l'heure de la reprise avec "Going To A Town" que personnellement je préfère à l'originale. La voix de George retourne l'Opéra, tout le monde est épaté, c'est encore pratiquement une standing ovation qui se dégage de la salle.

"Let Her Down Easy", "You Have Been Loved" puis enfin "Wild Is The Wind" qui fera une nouvelle fois lever la salle qui se trémousse sans problèmes sur un final explosif. Magistral.

Enfin, le classique, "Brother Can You Spare A Dime". Une ambiance très Jazzy avant une conclusion épique de cette première partie qui aura fait rugir l'orchestre. Sa voix est toujours aussi fantastique, il la pousse vraiment loin et ça reste parfait. Chapeau.

15 minutes d'entracte, les avis que je peux entendre ici et là rejoignent le mien : c'est une soirée extraordinaire que nous offre George Michael.

Tout le monde reprend sa place et c'est reparti, lever de rideau immédiat et George est déjà en dessous pour "Waiting For That Day" qui une nouvelle fois amènera la salle à bouger. Encore un coup de déhanchés et de pas de danses que seul lui maîtrise aussi bien.

Il se réinstalle ensuite sur son tabouret pour "Patience" et "John & Elvis Are Dead". Deux de mes chansons préférées, bien plus belles que sur CD. Merci à l'orchestre et merci surtout à la voix de la soirée. "John & Elvis" se termine justement par une image d'Elvis Presley en arrière plan que George contemple les bras ouverts tandis que la lumière s'abaisse.

"Roxanne", classique bien connu du groupe "Police" que George Michael a repris dans son album "Songs From The Last Century" nous fait l'honneur d'être présente dans la setlist. Le Crooner offre une version impeccable de cette chanson à l'ambiance fruitée et agréable.

Pour "True Faith", le Vocoder s'entend à peine et du coup ne gêne pas trop. Une superbe chanson magnifiée par l'orchestre. "A Different Corner" suit dans une version également retouchée. Émotion dans toute la salle, ovation à la fin du morceau. Larmes aux yeux encore une fois.

"You've Changed" résonne puis "Russian Roulette". La chanson était taillée pour George. Une puissance dans la voix mêlée avec une justesse impressionnante. Moment exceptionnel, la salle est une nouvelle fois debout.

"Praying For Time" aura permis à la salle de rester debout et de se dandiner. George est heureux, tout sourire il parcoure la scène de tous les côtés et regarde partout dans l'Opéra. C'est l'heure du final, "Feeling Good" et tout le monde est levé une nouvelle fois. L'orchestre casse la baraque et George se donne à fond. "Au revoir Paris, vous étiez fantastique".

Le public crie, applaudit, on se demande si l'Opéra tiendra debout jusqu'à la fin. Une fois le matériel installé sur le devant de la scène, George revient. "C'est ce que l'on appelle un Medley" nous dit il avant d'envoyer "Amazing", "I'm Your Man" puis "Freedom 90". L'ambiance est incroyable, tout le monde danse, tout le monde a le sourire bref tout le monde est heureux. A chaque "Freedom" George fait lever les mains du publics qui n'auront plus envie de redescendre. George repart devant un public presque hystérique, cette fois les cris et les applaudissements sont encore plus forts. Incroyable.

George revient pour "White Light" que tout le monde a apprécié. Après un long adieu sous les acclamations du public, George s'en va.

Un concert absolument fantastique, l'orchestre est génial et George au top. Les vidéos diffusées en arrière plan amélioraient le décor déjà somptueux de l'Opéra et nous plongeaient dans une ambiance propre à la soirée que nous avons vécu.

George est parti et a laissé 2000 chanceux rêveurs, dont un qui n'a qu'une hâte, c'est d'y retourner.

 

Rédigé par Frédérique

Publié dans #SYMPHONICA-Orchestral-Tour

Commenter cet article

Steff 11/09/2012 19:45


Merci pour ce témoignage tout en émotion, très très très proche de ce que j'ai pu ressentir moi-mm.


Je pense aussi que l'Opéra n'est pas près d'oublier ce concert fantastique. C'est vrai, on a vu George plus bavard à l'occasion d'autres concerts, mais le sourire qui n'a pas quitté son
visage valait plus que tous les mots !


Vivement le prochain, merci George !!!


Et encore et toujours merci à toi Frédérique, pour ton amazing blog

Frédérique 12/09/2012 06:07



Merci à Martin et à tous ceux qui ont partage ici leurs souvenirs de concert. Les impressions se ressemblent souvent : c'est l'effet George Michael